Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 13:18

En ce moment, et jusqu'à début décembre, c'est la biennale de Liverpool. Biennale ça veut dire "qui revient tous les deux ans" (je ne vous prends pas pour des abrutis, ma maman m'a demandé). Alors qu'est-ce qui revient tous les deux ans ? L'art. La ville organise des prix, accueille des installations étonnantes et ouvre ses bâtiments abandonnés, ses musées et ses rues aux artistes et aux visiteurs. Le thème cette année c'est Touched. Le principal, que vous aimiez ou pas une œuvre, c'est qu'elle ne vous laisse pas de marbre. Même si vous pensez 'euuuurk' ou 'hein??', le but est atteint. Si vous oubliez complètement que vous êtes allé voir telle ou telle chose, c'est raté.

Tout commence dans l'ancien magasin Rapid (sorte de Leroy Merlin), en face de l'église bombardée. Dans le hall, on peut s'installer dans des petits chalets confortables au milieu de faux arbres pour lire la doc sur les artistes ou le guide complet de la biennale (qu'il faudra acheter sinon).

http://lh6.ggpht.com/_WulyTulixkg/TLyOsjVXPpI/AAAAAAAAAi8/vZSqpCzklqo/s640/DSC01146.JPG

Le magasin en entier est occupé par la biennale. Au rez-de-chaussée, en plus de l'accueil et du magasin de souvenirs, on peu explorer la totalité de l'ancien magasin, échantillons de papier-peint, rampes d'escalier, lustres et autres pubs pour peinture en prime. Au premier étage, l'expostition change régulièrement. Quand j'y suis allée, au début de la biennale, il n'y avait qu'une immense pièce vide et une toute petit télé avec des gens qui parlaient en espagnol dedans.

http://lh3.ggpht.com/_WulyTulixkg/TLyOtW7NH2I/AAAAAAAAAjE/4LDJYD1ZslY/s640/DSC01149.JPG

Retour au rez-de-chaussée. En se faufilant dans un petit couloir derrière les vitrines, on arrive à une série d'expositions originales. Dans la première pièce, un artiste chinois vous propose de lui donner vos vêtements troués (ou votre nin nin), et les racommodera en laissant des fils colorés bien visibles.

http://lh6.ggpht.com/_WulyTulixkg/TLyOty4KVpI/AAAAAAAAAjI/iAa-a6mN57U/s640/DSC01148.JPG

Dans la pièce suivante, c'est un hommage au pays du monde, ainsi qu'une salle de jeux pour enfants, qui donne envie de mettre de la couleur chez soi. Des séries de tongs aux couleurs des drapeaux du monde sont allignées le long de la vitrine, et même les meubles et les murs prennent un côté patriotique.

http://lh3.ggpht.com/_WulyTulixkg/TLyOtCJCHKI/AAAAAAAAAjA/IQVxkGiL0P0/s640/DSC01147.JPG

Ensuite, rien de bien intéressant, on est donc partis faire le tour de la ville.

Dans Parr Street, les petits nounours de l'article précédent ont été rejoints par une expo qui leur est dédiée, que je ne verrai sûrement jamais. Toujours fermée pour des raisons mystérieuses, elle se situe à l'étage d'un faux magasin de disques "Never Records", et je commence à trouver génant de demander aux gens de cette expo si les nounours sont toujours indisponibles.

En face, tout un bâtiment est occupé par Squat Liverpool (qui donne une vie aux bâtiments désaffectés avant leur réhabilitaion), en association avec l'association new yorkaise Never Empty. C'est une immersion dans des installations sonores qui nous attendaient dans ce labyrinthe de briques.

À l'extérieur déjà, on se demande où se trouvent ces travaux qu'on entend en passant devant le bâtiment. Marteaux piqueurs, coups de pioche... Et non, il n'y a rien, juste des haut-parleurs. Au RDC, on est invité à écrire à la craie sur un tableau noir qui chuchote en réponse. Au sous-sol, dans le noir total, on est effrayé et fasciné par une gigantesque machine arcachnéenne, de multiples bras qui tournent dans un grand bruit méchanique, ornés de petites lumières rouges, comme des centaines de petits yeux.

Sur deux étages, les installations s'enchaînent. Films kaleidoscopiques, cercueils qui jouent l'hymne americain pour 10 pence, tourne-disques qui jouent des voix enregistrées à côté de disques qui flottent.

http://lh6.ggpht.com/_WulyTulixkg/TLyQU6BqqEI/AAAAAAAAAjc/ifkvCBEXkzk/s512/DSC01155.JPG

D'autres installations sonores se trouvent un peu partout dans la ville, dans des bâtiments abandonnés, ou des lieux peu explorés comme un parking situé dans un ancien entrepôt.

Il y a aussi ce qui restera dans la rue quand la biennale sera partie. Les années précédentes ont apporté à la ville des œuvres comme le bâtiment à la façade qui tourne, les statues sur la plage de Crosby, la sculpture de boules moches, ou les questions peintes sur les murs (comme celle-ci, liste ici).
Cette année, c'est une petite pagode qui est tombée du ciel entre deux bâtiments derrière chez moi. Souvent, les gens armés de leur plan de la biennale ne la remarquent même pas, et pensent que c'est la phrase l'œuvre d'art.

http://lh5.ggpht.com/_WulyTulixkg/TLyQVYEj8tI/AAAAAAAAAjg/hFSuxbuEcNw/s512/DSC01048.JPG


Un lieu incontournable ? Le Bluecoat, situé dans le plus vieux bâtiment du centre ville de Liverpool (doté entre parenthèses d'une adorable petite cours verte, où on peu venir bouquiner tranquillement sous un rayon de soleil). En ce moment on y trouve un bed-in (on reste au lit et on refait le monde), réplique de celui de John Lennon et Yoko Ono au Hilton d'Amsterdam. Tous les jours des gens différents investissent le lit et parlent de choses graves ou légères. Je ne suis pas encore allée voir, je vais remédier à ça.

Sur les deux étages du Bluecoat on trouve tous les genres d'expo, de la très nulle à la WTF, comme le vestiaire du Liverpool FC reconstitué et habité de peluches de panda géant, et de télés qui diffusent la vidéo buzz de la maman panda qui a peur quand son bébé gigote.

 

© Northwest is Best


On se faufile ensuite dans un escalier encombré de rubans pendant du plafond, qui chatouillent le crâne, pour arriver dans une pièce entièrement remplie de milliers de larges rubans colorés, rappelant ce qu'on trouve dans les maisons folles des fêtes foraines. On se perd dans une salle aux dimensions indéfinies, on se retrouve devant une fenêtre, puis face à face avec un autre visiteur, ou devant une sculpture étrange. J'ai adoré cette installation, ma préférée.

 

http://lh3.ggpht.com/_WulyTulixkg/TLyQgaqR5DI/AAAAAAAAAjo/vAKfzn1ySwg/s512/DSC01157.JPG


Je vous reparlerai sûrement de la biennale, j'ai encore des choses à aller voir. Entre autres le bed-in, l'expo nounours toujours fermée, une épée géante suspendue au plafond, et une artiste japonaise qui découpe des petits bouts de papier du matin au soir depuis deux mois maintenant.

En attendant, allez voir des tas de photos sur le Flickr.

Partager cet article

commentaires

Gabrielle 27/10/2010 02:14


Ca a l'air carrément sympa cet événement ! En tous cas tu es bien courageuse d'aller en voir le plus possible, je me connais et je crois que j'aurais été trop flemmarde pour ça... Bisous !


Carole 21/10/2010 13:15


une japonaise qui quoi??!! bon sang de bon soir! comment elle fait pour vivre si elle découpe des papiers!! c'est dingue, tu nous raconteras?


Bibsa 25/10/2010 10:07



oui, bizarre, hein ? Faut que je me motive pour aller voir, elle doit avoir un sacré tas de papier maintenant...



serge 19/10/2010 20:24


6° ! Houlà mais avec 17° ici je grelotte déjà ! Je sens qu'en effet le choc thermique risque d'être rude... Plutôt qu'un maillot de bain, finalement je vais sortir la combi de ski...
Sinon, j'ai entendu parler que Liverpool fêtait ces temps-ci l'anniversaire de la mort de John Lennon. Ca se traduit comment en ville ?


Bibsa 25/10/2010 10:10



Ca ne se voit pas trop. Ils ont ressorti la comédie musicale Lennon, qui date de la fin des Beatles, et il y a aussi le bed-in au Bluecoat. En fait il y a déjà tellement de choses Beatles
partout, qu'un peu plus ou un peu moins ça ne se remarque pas.



Serge 19/10/2010 13:52


Merci pour la visite. Evidemment, j'ai bien aimé le vestiaire du Liverpool FC mais aussi le truc bizarre coincé entre 2 immeubles. Bon, comme tout bon supporter de foot, je ne suis pas trop banché
art, hein, mais tout dépend comment le sujet est présenté ;)
Au fait, il ne pleut pas TOUJOURS à Liverpool ! Je crois même que je vais prendre mon maillot de bain. Au fait, y a la plage à liverpool (question de niçois) ?


Bibsa 19/10/2010 14:15



Il ne pleut pas TOUJOURS. Ce matin il a fait soleil 20 minutes par exemple. Et puis on n'a pas le temps de voir le ciel bleu, il fait jour à 8h et nuit à 16...


Il y a bien une plage, un peu au nord de la ville. Mais il y a aussi des ferries qui passent devant toute la journée, ce qui découragerait le baigneur qui aurait déjà fait fi des 15 degrés de
l'eau et 6 degrés ambiants...


Attention, choc thermique en prévision pour un niçois !